Une nouvelle recherche sur les bactéries intestinales établit un lien entre la santé intestinale, les accidents vasculaires cérébraux et le cancer

Le microbiome intestinal est rempli de bactéries et d’autres microbes qui aident à la digestion des aliments que nous mangeons. Si certaines bactéries nous sont nuisibles, beaucoup de celles qui se trouvent dans notre tube digestif sont bénéfiques, car elles aident à extraire les nutriments et les vitamines de nos aliments au cours du processus de digestion. En outre, ces bactéries contribuent à renforcer la fonction immunitaire et peuvent même influencer d’autres aspects de notre santé.

Dans une étude publiée en 2014, des chercheurs ont révélé que l’ADN de chaque personne influence en fait les types de bactéries capables de se développer au sein de son microbiome. De plus, pour chaque individu, la population de bactéries dans l’intestin est différente, un fait qui, selon les scientifiques, pourrait jouer un rôle dans la détermination des personnes susceptibles de devenir obèses ou en surpoids. D’autres études récentes ont montré que la santé et la diversité du microbiome intestinal peuvent même influencer la façon dont le système immunitaire combat le cancer ou les accidents vasculaires cérébraux.

Le microbiome en mutation

New Gut Bacteria Research Finds Link Between Gut Health, Stroke and Cancer 2

Le processus de peuplement du microbiome commence avec le développement du fœtus. Au cours du développement du fœtus, le tube digestif est exposé aux microorganismes du microbiome intestinal de la mère, ainsi qu’aux bactéries de l’environnement immédiat. Ce mélange de micro-organismes se rassemble pour former un microbiome unique dans le tube digestif du nourrisson. Même après la naissance, le microbiome du bébé continue de se développer. C’est pourquoi il y a plus de bactéries dans le tube digestif d’un bébé nourri au sein que dans celui d’un nourrisson nourri au lait maternisé.

Même à l’âge adulte, nous pensons que le microbiome intestinal continue de changer ou d’évoluer en fonction des changements de régime alimentaire, des influences environnementales et des choix de mode de vie. C’est une bonne nouvelle, car cela suggère que nous pouvons modifier consciemment notre microbiome intestinal en changeant nos habitudes de vie et notre régime alimentaire. Pourquoi voudrions-nous modifier les bactéries de nos intestins ? Le raisonnement repose sur la reconnaissance du fait que, en matière de santé globale, certaines bactéries affectent des facteurs de risque spécifiques. Par exemple, nous savons que la bactérie Christensenellaceae minuta est plus souvent présente dans l’intestin des personnes ayant un faible poids corporel. De même, une carence en Prevotella, Veillonellaceae et Coprococcus est fréquente chez les enfants autistes. Si nous parvenons à en savoir plus sur les bactéries de notre microbiome et sur la manière dont elles affectent la santé globale, il sera peut-être possible de manipuler le microbiome intestinal pour vivre plus sainement.

La recherche sur les bactéries intestinales établit un lien avec les accidents vasculaires cérébraux (AVC)

Les accidents vasculaires cérébraux (AVC) sont fréquents de nos jours. Le Center for Disease Control estime qu’un AVC touche une personne aux États-Unis toutes les 40 secondes. Il s’agit d’une statistique particulièrement troublante, si l’on considère la gravité des conséquences d’un AVC sur le corps humain. Bien qu’un AVC soit considéré comme un événement cardiovasculaire, il affecte principalement le cerveau en interrompant la circulation du sang riche en oxygène. Cela signifie que le cerveau ne reçoit pas l’oxygène dont il a besoin pour alimenter les cellules, ce qui entraîne la mort des cellules.

Outre le risque de lésions cérébrales, de nouvelles recherches sur les bactéries intestinales indiquent que la population de bactéries du tube digestif peut également être affectée par un AVC. Travaillant avec des rongeurs, les sujets ont été divisés en deux groupes. Le premier groupe de souris a été soumis à des accidents ischémiques cérébraux, tandis que le second groupe était composé de souris saines. Les chercheurs ont évalué la santé des souris de chaque groupe à intervalles réguliers.

L’équipe de recherche a constaté que, contrairement au groupe de souris en bonne santé, le groupe de souris victimes d’accidents vasculaires cérébraux présentait des niveaux élevés d’une bactérie spécifique appelée Bifidobacteriaceae. La présence de Bifidobacteriaceae a été constatée à des intervalles de 14 et 28 jours, ce qui suggère que l’augmentation de ces bactéries est un résultat durable de l’AVC. Les Bifidobacteriaceae sont un membre de la famille des Bifidobacterium et sont considérées comme un probiotique sain qui améliore la santé intestinale. La présence de Bifidobacteriaceae peut également favoriser une meilleure récupération chez les personnes ayant subi un accident vasculaire cérébral.

Les nouvelles n’étaient pas toutes bonnes. L’équipe a également constaté une augmentation des niveaux de bactéries appartenant à la famille des Helicobacteraceae, un groupe de bactéries qui a été associé à des résultats de santé moins bons. En outre, les souris qui avaient subi une attaque cérébrale présentaient un rapport Firmicutes/Bacteroidetes nettement plus élevé. Ce type de déséquilibre a été associé à un risque accru d’inflammation, d’obésité et de diabète. Enfin, les chercheurs ont noté des changements dans le tissu intestinal des sujets ayant subi un accident vasculaire cérébral, ce qui pourrait entraîner une moins bonne absorption des nutriments, et donc entraver la guérison.

La découverte d’effets négatifs dans le tractus intestinal de sujets ayant souffert d’un AVC ouvre la porte à la possibilité de favoriser la récupération après un AVC en manipulant les bactéries dans l’intestin. L’équipe de recherche espère poursuivre ses études, en se concentrant sur un moyen de traiter les symptômes d’un AVC en se focalisant sur la santé du microbiome intestinal.

Un microbiome intestinal sain peut-il aider à lutter contre le cancer ?

New Gut Bacteria Research Finds Link Between Gut Health, Stroke and Cancer 1

Dans une autre étude, menée à l’université de Chicago, les chercheurs ont découvert que 11 souches de bactéries présentes dans l’intestin contribuaient à ralentir la progression des tumeurs dans l’organisme. En utilisant des souris comme cobayes, l’équipe a découvert que l’UPR (unfolded protein response) servait de lien entre les bactéries intestinales et les capacités du système immunitaire à combattre les tumeurs. L’UPR étant responsable du maintien de cellules saines et propres, sa présence peut indiquer quels patients sont les plus susceptibles de bénéficier de traitements d’immunothérapie.

L’étude a utilisé un groupe de souris dépourvues de la protéine à doigt RING 5 (RNF5), qui aide les cellules à identifier les protéines mal repliées. Les souris de ce groupe ont mieux réussi à combattre le mélanome, à condition que leur immunité et leurs bactéries intestinales soient également saines. Les chercheurs ont également découvert que le fait de loger ces souris avec des souris riches en RNF5 inhibait leur capacité à lutter contre les tumeurs.

Dans une autre phase de l’expérience, les 11 souches de bactéries ont été transplantées chez des souris qui en étaient auparavant exemptes. Une fois transplantées, les nouvelles souches ont activé les capacités de lutte contre les tumeurs du système immunitaire de ces souris. Cela suggère que les 11 souches de bactéries identifiées dans l’étude peuvent renforcer les capacités du système immunitaire à combattre le cancer.

L’équipe a conclu l’étude en suggérant que l’UPR pourrait être utile en tant que biomarqueur pour déterminer quels individus sont plus susceptibles de bénéficier d’une immunothérapie. En outre, on peut espérer que des recherches supplémentaires permettront de découvrir les molécules antitumorales produites par ces 11 souches de bactéries. À l’avenir, ces recherches pourraient conduire à des traitements personnalisés plus efficaces contre le cancer.

Leave a Comment