Une nouvelle étude établit un lien entre les bactéries intestinales et le diabète

De nouvelles recherches ont mis en évidence un lien jusqu’alors inconnu entre les bactéries intestinales et le diabète. Cette étude récente met en lumière l’importance d’un microbiome intestinal sain dans le maintien d’une glycémie saine, notamment dans le cas du diabète de type 2.

Diabète de type 2 et résistance à l’insuline

Gut Bacteria and Diabetes Linked in New Study 1Le diabète de type 2 est généralement précédé d’un état appelé résistance à l’insuline, qui se produit lorsque les cellules de l’organisme présentent une tolérance accrue à l’insuline, une hormone présente dans la circulation sanguine. En conséquence, l’insuline est incapable de remplir sa fonction cruciale de régulation des niveaux de glucose dans le sang.

Chez une personne en bonne santé, l’insuline permet au glucose de passer du sang aux cellules où il est utilisé comme source d’énergie, empêchant ainsi la glycémie de monter en flèche. Ceci est crucial car lorsque la quantité de sucre dans le sang devient trop élevée, elle peut endommager les tissus et les organes. Cependant, chez les personnes atteintes de diabète de type 2, ce processus est interrompu, ce qui fait que la glycémie atteint des niveaux dangereux.

Des études antérieures ont montré que les molécules de graisse, ou lipides, produites par les bactéries intestinales peuvent avoir un impact positif sur la glycémie en influençant l’axe intestin-cerveau, le système de communication vital qui existe entre le cerveau et l’intestin. Dans des circonstances normales, lorsque nous mangeons, l’ouverture de l’intestin grêle relâche ses parois, une action qui envoie un signal au cerveau déclenchant l’absorption du glucose dans le sang par le foie, les tissus adipeux et les muscles. Toutefois, dans le cas du diabète de type 2, ce processus est perturbé car l’intestin grêle reste contracté, ce qui empêche la transmission du signal au cerveau.

Ceux qui étudient le lien entre les bactéries intestinales et le diabète pensent que les lipides présents dans le sang et produits par les microbes “amis” du microbiome intestinal pourraient être la clé pour inverser cette communication perturbée entre l’intestin et le cerveau et rétablir un métabolisme sain de la glycémie.

Une nouvelle étude établit un lien entre les bactéries intestinales et le diabète

Dans une nouvelle étude, menée à l’Institut national français de la santé et de la recherche médicale, les chercheurs ont cherché à en savoir plus sur la façon dont les lipides favorisent la communication entre l’intestin et le cerveau via le système nerveux entérique et sur les raisons pour lesquelles cette communication est inhibée chez les personnes atteintes de diabète de type 2.

Les chercheurs ont nourri un groupe de souris avec des glucides contenant des fructooligosaccharides (FOS), des nutriments prébiotiques présents dans de nombreux aliments qui favorisent la croissance des microbes “amis” qui produisent les lipides. Un autre groupe de souris a été nourri avec un régime ne contenant pas de glucides FOS. Les chercheurs ont constaté que les souris soumises au régime FOS présentaient une présence accrue d’un type spécifique de lipide, appelé 12-HETE. Le 12-HETE a entraîné une réduction de la contraction musculaire, contribuant ainsi à accroître la communication entre l’intestin et le cerveau. En conséquence, ces souris présentaient des intestins grêles moins rigides et des taux de glycémie plus faibles.

Pour vérifier leurs résultats sur des sujets humains, les chercheurs ont prélevé des échantillons de l’intestin grêle de diabétiques de type 2 et de l’intestin grêle de sujets sains. Ils ont constaté que les sujets diabétiques présentaient une réduction significative des lipides 12-HETE.

Ces résultats suggèrent que les futurs traitements du diabète de type 2 pourraient consister à augmenter la population de lipides 12-HETE dans le sang. Dans l’intervalle, le métabolisme du glucose peut être amélioré en renforçant naturellement la santé du microbiome intestinal. En ingérant davantage de microbes bénéfiques, il est possible de renforcer les effets du microbiome intestinal sur le reste de l’organisme, notamment sur la communication avec le cerveau.

Comment améliorer naturellement la santé intestinale?

Adopter un régime alimentaire plus sain

Le moyen le plus efficace de renforcer la santé intestinale est d’adapter son alimentation. En plus de manger principalement des aliments d’origine végétale, il est recommandé de réduire le sucre raffiné, les graisses malsaines et les viandes transformées. Si la viande rouge maigre peut constituer une petite partie de chaque repas, la majorité de ceux-ci doit être constituée de fruits, de légumes, de noix et de graines.

Prendre un complément alimentaire

La prise d’un complément alimentaire de haute qualité contenant à la fois des prébiotiques et des probiotiques, tel que Florachron®, peut également renforcer la santé de votre microbiome intestinal. Alors que les prébiotiques aident les bactéries intestinales saines à se développer, les probiotiques augmentent le nombre de bactéries dans l’intestin. Ensemble, ces composés contribuent à maintenir un microbiome intestinal fort et diversifié.

Gérer le stress

Gut Bacteria and Diabetes Linked in New StudyL’une des façons dont le microbiome intestinal contribue à la santé est de soutenir le système immunitaire. Malheureusement, un stress accru compromet le système immunitaire, obligeant les bactéries intestinales à se concentrer sur le renforcement de l’immunité au lieu de remplir d’autres fonctions nécessaires. Il est possible d’éviter cette situation en prenant le temps de se détendre et de réduire le stress. Vous pouvez le faire en pratiquant la méditation, le yoga, l’exercice ou en vous adonnant à un passe-temps que vous trouvez agréable.

Dormir davantage

La raison pour laquelle les médecins recommandent sept à huit heures de sommeil est que le corps utilise ce temps pour se réparer. Cela implique de donner aux bactéries de l’intestin une période d’inactivité pour accomplir leurs fonctions nécessaires. Si vous dormez régulièrement moins de sept heures, essayez de remplacer votre literie par des couvertures et des oreillers plus confortables. Vous devriez également réduire votre consommation de caféine et éteindre les appareils électroniques une heure avant de vous coucher. Si vous avez toujours du mal à dormir la nuit, consultez votre médecin.

Laisser un commentaire

Panier