Hibou ou alouette ? Comment l’heure à laquelle vous préférez vous coucher influe sur votre santé

Benjamin Franklin a fait remarquer un jour : “Se coucher tôt et se lever tôt procure santé, fortune et sagesse.” Cependant, en réalité, ce n’est peut-être pas si simple. Alors que certaines personnes se lèvent à l’aube et baillent à la tombée de la nuit, d’autres s’animent la nuit, mais ont du mal à fonctionner le matin. De nouvelles recherches ont révélé que vos gènes déterminent si vous êtes un “lève-tôt” ou un “couche-tard”. La façon dont vous gérez votre chronotype et votre mode de vie peut avoir des effets considérables sur votre santé.

Que sont les chronotypes ?

Votre chronotype est généralement défini par votre point médian du sommeil. Par exemple, une personne qui s’endort naturellement à minuit et se réveille à 8 heures aura un point médian de 4 heures, ce qui en fait un noctambule naturel. Les personnes qui s’endorment tôt et se réveillent tôt naturellement sont des alouettes du matin.

Nos horloges internes se décalent légèrement au cours de notre vie. La plupart des jeunes enfants sont naturellement des alouettes matinales, comme l’ont observé de nombreux parents aux yeux fatigués. Toutefois, ces habitudes se modifient à l’adolescence. Les adolescents et les jeunes adultes ont naturellement tendance à se coucher plus tard et à faire la grasse matinée. En revanche, les personnes âgées reviennent à une heure de coucher précoce. Il existe toutefois des variations au sein même de ce schéma général. Par exemple, certains enfants en bas âge se lèvent systématiquement à 4 heures du matin, tandis que d’autres font la grasse matinée jusqu’à 7 heures.

Chronotypes: How Sleep/Wake Preferences Affect Your Life and HealthLa société a toujours considéré les couche-tard comme des paresseux. Ces personnes peinent à se lever et à partir au travail ou à l’école tôt le matin et ne sont souvent pas au travail pendant les heures les plus productives de la journée. Cela peut les faire paraître plus paresseux, alors qu’ils souffrent en fait d’un phénomène connu sous le nom de décalage horaire social, ou d’un décalage entre les obligations extérieures et les rythmes internes. De nouvelles recherches suggèrent que la différence entre les “couche-tard” et les “lève-tôt” ne repose pas sur la motivation et la moralité, mais plutôt sur la génétique.

Qu’est-ce qui détermine votre chronotype ?

Les scientifiques ont découvert que différents chronotypes présentent des niveaux différents de protéines associées au rythme circadien et même différentes variantes de gènes associés au cycle veille-sommeil. Dans une étude récente sur la chronobiologie, un groupe de personnes présentant des chronotypes différents a été soumis à des tests pour déterminer les niveaux salivaires de mélatonine et l’expression des gènes du rythme circadien Per1, Per2 et Rev-erbα. Les chercheurs ont constaté que les noctambules ont des niveaux de mélatonine plus tardifs que les matinaux, ce qui signifie que ces personnes sont biochimiquement prêtes à dormir et à se réveiller à des heures différentes. Étant donné que la quantité et la qualité du sommeil d’une personne peuvent avoir des répercussions considérables sur son mode de vie et sa santé, cela peut affecter la vie d’un oiseau de nuit naturel de différentes manières.

Suivre le rythme de votre horloge interne

L’idéal serait que les gens puissent travailler et aller à l’école aux heures où ils sont prêts à être productifs. Ils pourraient également dormir lorsqu’ils sont biologiquement destinés à le faire. Ce n’est toutefois pas le cas pour de nombreuses personnes. Beaucoup de noctambules sortent du lit le matin bien avant la fin de leur cycle de sommeil ; beaucoup de matinaux sont obligés de rester éveillés après leur heure naturelle de coucher à cause de leurs obligations diverses. Le résultat n’est pas seulement une société de personnes endormies, mais une société de personnes en mauvaise santé. Vivre en décalage avec son propre chronotype peut avoir de nombreuses conséquences sur la santé.

Ignorer son propre rythme circadien présente des risques pour la santé

Chronotypes: How Sleep/Wake Preferences Affect Your Life and Health 1Que se passe-t-il exactement lorsque les personnes sont contraintes de vivre en décalage avec leur chronotype ? Comme l’a souligné le chercheur Frank Scheerd dans les Proceedings of the National Academy of Sciences, cela peut entraîner “une diminution de la leptine, une augmentation du glucose et de l’insuline, une augmentation de la pression artérielle moyenne et une réduction de l’efficacité du sommeil”. Cela se traduit par un risque accru de syndrome métabolique, de maladies cardiovasculaires et de divers troubles de la santé.

Cependant, les noctambules ne doivent pas nécessairement souffrir de maladies associées aux troubles du rythme circadien. Lorsqu’on leur permet de modifier leur emploi du temps pour l’adapter à leurs cycles naturels de sommeil et d’éveil, ils ne courent aucun risque supplémentaire pour leur santé. Être un noctambule n’est pas en soi malsain, sauf si l’on essaie de se comporter comme une personne matinale.

Autrefois, notre travail et nos autres activités étaient limités aux heures où il y avait de la lumière naturelle. Aujourd’hui, la technologie moderne et l’éclairage artificiel nous permettent d’être productifs à tout moment. Autoriser les noctambules et les alouettes à travailler et à apprendre lorsqu’ils sont prêts à le faire peut non seulement créer une main-d’œuvre plus productive, mais aussi une main-d’œuvre plus saine.

Leave a Comment