Wissenschaftler finden heraus, dass sozialer Stress Darmbakterien verändert

Des chercheurs découvrent que le stress social modifie les bactéries intestinales

Des chercheurs de l’université d’État de Géorgie ont récemment entrepris une étude sur la manière dont le stress social modifie les bactéries intestinales des gagnants et des perdants dans les situations de conflit social. Les résultats n’ont pas été à la hauteur de leurs espérances.

L’étude a porté sur des hamsters syriens, une espèce choisie pour la rapidité avec laquelle elle établit des hiérarchies de dominance. Les bactéries intestinales des hamsters ont été analysées avant et après que les animaux aient été autorisés à interagir. Les chercheurs avaient initialement prévu que les hamsters subordonnés, les plus stressés du groupe, seraient plus affectés par les conflits. Leurs conclusions ont toutefois montré que le stress social entraînait des changements similaires dans le microbiote du hamster, quel que soit le vainqueur.

Selon Kim Huhman, professeur de neurosciences à Georgia State, “nous avons constaté que même une seule exposition au stress social entraîne une modification du microbiote intestinal, semblable à celle observée à la suite d’autres facteurs de stress physique beaucoup plus graves, et que cette modification s’accentue après des expositions répétées”.

Une découverte encore plus surprenante des données est que la présence de certaines bactéries semble être un indicateur pour savoir si un animal deviendra un gagnant ou un perdant. Selon le Dr Benoit Chassaing, co-auteur de l’étude, “ces résultats suggèrent qu’une communication bidirectionnelle se produit, le stress ayant un impact sur le microbiote et certaines bactéries spécifiques ayant à leur tour un impact sur la réponse au stress”.

Comment le stress modifie les bactéries intestinales

Le stress fait des ravages dans tout le corps, mais l’intestin semble particulièrement touché. Organe exceptionnellement complexe, le tractus gastro-intestinal humain abrite plus de 100 000 milliards de micro-organismes essentiels à l’homéostasie de l’organisme. L’intestin humain abrite le système nerveux entérique, qui se compose de quelque 500 millions de neurones et qui, tout comme le cerveau, utilise un certain nombre de neurotransmetteurs tels que la sérotonine et la dopamine.

Le human cerveau humain communique directement le stress au système nerveux entérique par l’intermédiaire de l’axe intestin-cerveau, ce qui a un impact direct sur la fonction et la composition de la flore intestinale. Selon la recherche, l’exposition au stress entraîne des changements dans la diversité de ces micro-organismes. Ces changements induits par le stress favorisent la prolifération de bactéries nocives et peuvent entraîner une plus grande sensibilité aux infections et aux inflammations de l’intestin.

Comment les bactéries intestinales affectent les niveaux de stress

Le lien entre le système nerveux central et le système nerveux entérique de l’axe intestin-cerveau est bidirectionnel, ce qui signifie que tout comme le stress affecte les bactéries intestinales, la flore intestinale a également un effet direct sur la façon dont nous faisons face au stress. Le microbiome affecte la fonction et la structure de régions cérébrales clés liées au stress, telles que l’amygdale, qui joue un rôle essentiel dans la régulation des réponses psychologiques et physiologiques aux stimuli qui provoquent le stress, l’anxiété ou la peur. Diverses affections liées au stress, telles que l’anxiété, la dépression, la fatigue chronique et le syndrome du côlon irritable, ont été attribuées à un déséquilibre du microbiote intestinal.

Les bactéries intestinales sont également responsables de la production de nombreuses substances neurochimiques que le cerveau utilise pour réguler des processus tels que l’apprentissage, la mémoire, l’humeur et le sommeil. La recherche suggère qu’il pourrait même y avoir des liens entre le microbiote intestinal et des troubles neurologiques tels que l’autisme et la schizophrénie. La recherche sur l’homme n’en est qu’à ses débuts, mais les effets du microbiome intestinal sur le cerveau semblent avoir une portée de plus en plus grande.

Solutions pour gérer le stress

Scientists Find Social Stress Alters Gut Bacteria Reconnaître que ce lien entre l’intestin et le cerveau est bidirectionnel nous incite à traiter le stress et un déséquilibre de bactéries intestinales saines simultanément et de manière holistique. Maîtriser le stress et l’anxiété peut améliorer la santé intestinale et, inversement, améliorer la santé intestinale peut améliorer l’humeur et le niveau de stress. Voici quelques mesures à prendre pour améliorer la santé intestinale, gérer le stress et favoriser une meilleure santé générale.

Adopter un régime à base d’aliments complets riches en probiotiques

Pour stimuler puissamment le cerveau tout en favorisant la santé de l’intestin, abandonnez les sucres et les aliments transformés au profit d’un régime alimentaire équilibré rempli d’aliments sains et naturels riches en probiotiques par exemple le kéfir, la choucroute et le vinaigre de cidre de pomme.

Compléter l’alimentation avec des prébiotiques et des probiotiques

Si les aliments naturels et fermentés constituent le meilleur moyen d’ingérer de bonnes bactéries, l’alimentation et le mode de vie modernes ne permettent pas toujours de consommer tout ce dont nous avons besoin, et ce n’est pas grave. Les probiotiques aident à contrôler les mauvaises bactéries intestinales en favorisant la croissance des bonnes bactéries et il a été démontré qu’ils réduisent le stress et l’anxiété.

Utiliser des adaptogènes pour soulager le stress et ramener l’organisme à la stase

Les adaptogènes, riches en antioxydants, réduisent les niveaux de stress, équilibrent l’organisme et renforcent la résistance naturelle au stress.

Intégrer des huiles essentielles dans la routine

Certaines huiles essentielles, comme la bergamote, la menthe poivrée et le clou de girofle, sont de puissants anti-stress qui favorisent également la santé intestinale grâce à leurs propriétés anti-inflammatoires et antimicrobiennes.

Faire du sport régulièrement

Les effets anti-stress de l’exercice physique sont bien documentés. L’exercice aérobique régulier diminue la tension générale, élève et stabilise l’humeur et améliore le sommeil. La recherche a également montré que faire du sport régulièrement a des effets positifs sur le le microbiote intestinal et augmente la diversité des espèces.

Leave a Comment